Mon parcours dans la vie active – 2ème

Dans les années 60 pas besoin de lourd bagage pour trouver du travail, il y en avait pour tout le monde ! J’ai commencé à vous raconter mes débuts dans cet article

J’avais quitté MAPLABAM au bout de 3 ans. Les fêtes de Noël approchant « la Redoute » embauchait et c’est donc après un entretien d’embauche que j’ai été prise comme emballeuse.

Je ne me souviens plus de la durée de la période d’essai, mais à sa fin on m’a dit qu’on me gardait parce que je n’avais fait aucune erreur mais que serait bien si j’arrivais à faire mon quota de production. Ce que je ne suis jamais arrivée à faire !

Mon poste ne ressemblait pas vraiment à ça, juste le tapis roulant au milieu sur lequel on déposait notre colis fini. Qui pouvait être ouvert pour contrôle au bout. Des  ouvrières amenaient des chariots avec les bons de commande ainsi que les fringues suspendues ou sous sachets. Il ne fallait pas se tromper en prenant un carton d’emballage.

Résultat de recherche d'images pour "cartons"

Voilà qu’au bout d’un moment on m’a transférée du coté « penderies » au coté « jouets ». Ah mais c’est qu’emballer 3 vêtements c’est plus vite fait qu’un petit vélo hein ! On bossait le samedi aussi avec juste une pause de 30mn à midi et sans bouger de notre place. Les passages aux toilettes étaient aussi contrôlés !

Fin de contrat, pas eu trop de chômage avant de retrouver une place de manutentionnaire chez Willemse France, qui existe encore !

Ma 1ère saison, dès février/mars, c’était la mise sous enveloppe des catalogues avec leur lot de publicités. Là encore il fallait faire sa production. Courte période de chômage. Rentrée à la chaine et emballage.

Résultat de recherche d'images pour "bacs de la poste"

Imaginez cette sorte de bac avec sur le coté des touches numérotées, on le recevait quand il descendait à notre poste via le tapis roulant. Avec le bon de commande dedans on y mettait les articles référencés que nous avions à notre niveau avant de le remettre sur le tapis avec la touche enfoncée du N°suivant. Et ainsi de suite jusqu’au bout de la chaine où une personne les distribuait aux emballeurs.

J’ai aussi eu ce poste là d’ailleurs et on m’avait demandé de piéger l’emballeur afin de voir s’il avait bien vérifié le contenu avant d’emballer. Je n’ai pas aimé ça mais j’ai du retirer un rosier du bac et le surveiller du coin de l’œil. L’emballeur pas le rosier hihi. Il n’a pas apprécié que je lui fasse recommencer son colis.

En fin de saison on nous envoyait parfois en renfort à l’usine voisine « Vert baudet » ou dans les bureaux au tri du courrier. J’ai arrêté de travailler là à la naissance de mon 2ème.

Mais ne suis pas restée sans rien faire après … A suivre !

2 réflexions au sujet de « Mon parcours dans la vie active – 2ème »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s