Secourisme – Inondations en Vaucluse – 1er jour

homme sur voiture

Nous sommes le 22 septembre 1992, cette date jamais les vauclusiens ne pourront l’oublier.

Ce matin là je faisais des courses en ville quand un gros orage a éclaté, je m’étais même garée un moment car mes essuie glaces n’allaient plus assez vite. Entre midi et deux comme ça s’était un peu calmé, j’en ai profité pour allumer la télé et c’est là que pour la 1ère fois on parlait de la catastrophe de Vaison la romaine.

Comme mon fils devait repartir travailler à Pernes les fontaines, soit à 7km de chez moi, et que je ne voulais pas le laisse aller en mobylette, j’ai proposé de l’amener en voiture. Le temps d’aller jusque Pernes et de revenir, la route était inondée ! A nouveau l’orage grondait. Il fallait rouler au milieu de la route pour éviter les fossés qu’on ne voyait plus.

Bref, j’ai réussi à arriver chez moi sans tomber en panne comme beaucoup, mais avec tout de même de l’eau dans ma Visa.

Toute l’après midi il pleuvra ainsi très fort. De temps à autre j’allumais la télé et on parlait encore de Vaison la romaine.

inondations-vaison

C’est à ce moment que j’ai préparé mes affaires, tenue de secouriste  et sac, pour être prête à partir car j’étais certaine qu’on allait m’appeler.

secourisme

Pourtant c’était déjà 23h quand le téléphone a sonné, la directrice des secouristes me demande de me rendre au plus vite au local car nous partons pour … La caserne de Carpentras !

J’apprends donc ainsi que le village d’Aubignan, tout proche de Carpentras, a lui aussi été inondé et que les sinistrés se trouvent dans la toute nouvelle caserne des pompiers même pas encore inaugurée.

22_septembre_1992_Sarrians

Pourquoi si tard ? Hé bien c’était la 1ère fois qu’une telle catastrophe arrivait, puis chaque village attendait les secours sans se douter un instant que les autres étaient dans la même situation qu’eux ! Le temps de réaliser pour déclencher le plan ORSEC et voilà !

Si on a beaucoup parlé de Vaison la romaine, il faut savoir qu’il y eut 63 villes ou villages inondés quand même.

Quand cette porte donnant sur l’immense salle de sport s’ouvrit sur une centaine de sinistrés à l’air hagard, une couverture sur le dos pour certains, je peux vous dire que j’ai eu un choc. Bien sur j’avais déjà vu ça à la télé mais là c’était différent.

Notre rôle était de soigner, de réconforter, de nourrir, d’écouter et d’essayer de comprendre les étrangers car beaucoup venaient du camping.

Des hommes, des femmes, des enfants mais aussi des chiens se trouvaient là. Un Homme nous raconte le mal qu’il avait eu à faire monter son berger allemand sur le toit pour être hélitreuillé. Une dame explique qu’elle n’a pas hésité quand il lui a fallu choisir entre lâcher son sac ou son chien.

Après cette nuit peu habituelle et un petit déjeuner apporté par la cantine municipale, nous devions accompagner les sinistrés au camping pour voir ce qu’ils pouvaient récupérer. Sous un soleil radieux et avec un grand sac poubelle, chacun est monté dans un des cars mis à notre disposition.

chaussee-effondree

On aurait pu penser qu’une bombe était tombée sur le parking du supermarché tant le trou était grand. Le garage d’en face se retrouvait vidé de toutes ses voitures à la vente ou en réparations, le torrent était aussi passé par là.

Au camping, paysage apocalyptique  d’un coté et normal de l’autre. Une cage avec son canari n’a pas bougé alors que des voitures ou caravanes ont été retrouvées à plus de 20km ou dans les arbres. Beaucoup sont repartis avec leur sac  poubelle vide.

camping

Les plus chanceux avaient encore une voiture, des papiers et on les emmenait faire quelques achats à Carpentras ou à l’hôtel. Là encore j’ai été choquée quand j’ai vu les gens faire leurs courses normalement après ce que je venais de voir. La vie continuait.

Dans la journée, tous les sinistrés ont été soit hébergés soit partis chez eux par leurs propres moyens et les secouristes mis au repos.

Pas pour longtemps.

A suivre …

déco la suite par là

Une réflexion au sujet de « Secourisme – Inondations en Vaucluse – 1er jour »

  1. Se sentir utile, c est vraiment le principal. L uniforme te va bien.Très impressionnant !!! Contre l eau hélas on ne peut rien faire. Bisous

    Oui hélas c’est bien vrai les éléments se déchainent …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s