Dans les années 50 – 3ème

Début de la série ici

8.un-fer

Donc nous en étions à la fin de la lessive, c’est à dire au repassage. Et en ce temps là il n’existait que du coton, donc il fallait tout repasser ! Quand vous vous plaindrez du poids de votre fer, ayez alors une pensée pour les ménagères d’antan qui n’avait que le fer en fonte !

Comment chauffait-il se demandent alors les plus jeunes ? Tout simplement sur le bon vieux poêle.

2-cuisiniere Nous en avions un du même genre que celui-ci.

Il servait pour la cuisson lente des aliments, pour tenir le café au chaud et pour chauffer la maison. Enfin surtout la pièce principale. C’est à dire celle qui souvent faisait cuisine, salle à manger et même avec un coin pour la toilette. Nous n’avions pas de S de B.

On utilisait 2 sortes de charbon, le « ménage » pour chauffer vite et fort et  » l’anthracite » qui durait la nuit en principe. La cendre chaude récupérée servait l’hiver sur les trottoirs verglacés.

Alors justement le café on le faisait comment ?

4-moulin_cafe

On mettait le café en grains en haut, on tournait la manivelle en coinçant le moulin entre les genoux – enfin ma mère faisait comme ça – et on récupérait le café moulu dans le tiroir.

Et ensuite ? Hé bien on le mettait dans le filtre.

3-cafetiere

Et on passait de l’eau très chaude par dessus jusqu’à la quantité voulue de bon café odorant.

Mais attention au filtre choisi sinon la mouture passait au travers des trous, donc souvent on utilisait la bonne vieille « chaussette ». Mais non pas celle des pieds, la vraie faite pour le café ! Et si on passait trop d’eau hé bien on avait « du jus de chaussette » !

5-moulin-electriqueL’arrivée du moulin à café électrique fut un grand progrès. Et plus tard celle du café moulu aussi. Puis du filtre en papier.

Il faudra encore attendre pour la cafetière électrique. Le jour où mes parents en ont reçu une en cadeau ils ont eu bien du mal à changer leurs habitudes …

A suivre ici

2 réflexions au sujet de « Dans les années 50 – 3ème »

  1. merci pour cette chronique des années 1950
    tu n’as pas parlé des cols de chemise à empeser avec de l’amidon pour qu’ils tiennet bien raides (aïe ! le cou…) Gare à ne pas les jaunir, car tout était à recommencer.
    nous n’avions que deux tenues vestimentaires l: celle de la semaine simple et celle des dimanches impeccable que nous « finissions » les lundi et mardi…
    j’ai repris mon blog où il est possible de s’inscrire
    ciel rouge fushia splendide ce matin, mais signe de pluie
    Elisa

    1. Oh je ne pensais plus à cette corvée là c’est v rai, mais moi je n’ai pas eu à le faire bien sur.
      Ah oui les habits du dimanche j’ai bien connu aussi.
      Je suis passée sur ton blog mais pour laisser un commentaire c’est pas simple avec ce code à recopier.
      Et en plus WordPress a pris la signature d’un autre de mes blogs !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s